Bienvenue dans ce jardin d’étoiles…

Si fragile est le chant des oiseaux évadés

Que le souffle des égoïsmes peut les tuer

La sente inventée des écoles libérées

Trace sur les paysages des lettres clefs

Quand les aubes pâles éteignent les étoiles

Avec la douce vigilance des rétifs

Que les chorégraphies des ailes ébouriffent  

Sur la dernière frontière qui se dévoile

Les becs allument des éclairs que seuls les bêtes

Perçoivent et peuvent délivrer la lecture

S’inventent des chemins de traverses la crête

Des  heures s’élance loin de toute censure 

…….

Thierry : http://pjtg.over-blog.com/

 

Derrière le paravent de l’ordinaire, se cache la poésie où tout est permis…

Derrière le paravent de l’ordinaire se cache la poésie où tout est permis
Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps.
Don DeLillo