Bienvenue dans ce jardin d’étoiles…

” Presque rien
A peine quelques frissons du temps
Et des fagots de vent à faire danser l’écume
A soulever l’ombre sur les prairies humides
Presque rien
Le sourire d’un courant d’air

Presque tout
Le soir qui chante le rouge
Ta peau nue pour nos éclats de vivre
Et la mer là-bas “

D’ Olivier : http://lecoeurfunambule.free.fr/mots/

 

Derrière le paravent de l’ordinaire, se cache la poésie où tout est permis…

Derrière le paravent de l’ordinaire se cache la poésie où tout est permis
Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps.
Don DeLillo