Bienvenue dans ce jardin d’étoiles…

Prolongation

Une étoile meurt, mille autres s’éteignent,

Nordmann est déchu, Douglas enterré.

Reste encore un peu, que tes bras m’étreignent

Le temps d’un tango plus long qu’espéré !

Douglas est déchu, Nordmann enterré,

Janvier, doucement, dans l’hiver s’enfonce.

Le temps d’un tango plus long qu’espéré

Tu tais ma question, je fuis ta réponse.

Janvier, doucement, dans l’hiver s’enfonce ;

Le chêne aurait bien besoin d’un manteau.

Tu tais ma question, je fuis ta réponse,

Nous y reviendrons, je pense, assez tôt.

Le chêne aurait bien besoin d’un manteau ;

Il pleure du ciel un lent goutte-à-goutte.

Nous y reviendrons, je pense, assez tôt,

À cet au revoir qu’au fond je redoute.

Il pleure du ciel un lent goutte-à-goutte ;

Le rosier sait-il qu’avril reviendra ?

À cet au revoir qu’au fond je redoute

Fermons les volets ; remontons le drap !

Le rosier sait-il qu’avril reviendra

Quand les cotillons de larmes s’imprègnent ?

Fermons les volets ; remontons le drap !

Une étoile meurt, mille autre s’éteignent.

de  Fabrice :http://unmotetpuisunautre.eklablog.com

Derrière le paravent de l’ordinaire, se cache la poésie où tout est permis…

Derrière le paravent de l’ordinaire se cache la poésie où tout est permis
Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps.
Don DeLillo